Au revoir antibiotiques, bonjour probiotiques!

Le germe nosocomial MRSA… une réponse intelligente de la nature au comportement non intelligent des humains

 

La maladie MRSA*, globalement répandue, bien que représentant un grand défi pour la médecine n’est pas un caprice de la nature. Au contraire, il s’agit d’un comportement intelligent des bactéries qui a été facilité par la pratique des ordonnances d’antibiotiques à la légère. En fait, les étudiants de médecine apprennent ces faits dans leurs premières années d’études en biologie et bactériologie.

Pourquoi cela ne mènent pas à une pratique différente dans leur vie de médecin plus tard est à considérer comme question sociopolitique qu’on ne developpera pas dans cet écrit.

Il est indoutable que dûe à des techniques de survie de plus en plus rafinées la mutation des staphylocoques se développe beaucoup plus vite que la recherche pharmacologique pour des nouveaux et puissants antibiotiques, à cause . Cela représente un fait que les experts ne contredisent pas : en ce moment, il n’y a que trois antibiotiques ou moins qui pourraient être utilisés dans le cas de cette maladie potentiellement mortelle… et pas un seul nouveau en vue.

Dans ce temps, il est important de rester ouvert pour des traitements alternatifs. Ces traitements existent partout dans tout le monde, mais surtout dans la médecine traditionnelle.

En Europe, la médecine traditionnelle est composée de la médecine des plantes, la phytothérapie, qui a été systématisée par Dr. Zimpel. Aujourd’hui, nous pouvons nous servir de 88 plantes médicinales provenant du « jardin divin » sous la forme des préparations spagyriques qui assurent le bien-être physique et psychique des patients.

A l’aide de ces plantes médicinales la MRSA a pu être vaincue plusieurs fois.

Facilement, rapidement et sans effets secondaires. Et n’oublions pas les coûts relativement faibles.

Après avoir informé la totalité des facultés universitaires allemandes actives dans les champs de recherche d’infectologie, bactériologie et MRSA de ces traitements réussis, il s’avère que le début de la recherche en grande échelle ne se produira pas aussi vite que la croissante demande des patients pour un traitement de leur MRSA par phytothérapie.

En vue de l’urgence de la situation, nous ne pouvons pas attendre la confirmation par la science. En conséquence, nous offrons dès maintenant un traitement alternatif disponible à tous. En même temps, nous travaillons pour pouvoir réaliser une étude clinique à grande échelle qui confirmera l’utilité et l’absence d’effets secondaires de cette thérapie alternative.

 

*MRSA: „meticilline resistant Staphylococcus aureus“ / Staphylocoque doré résistant à la Meticilline. On entend par MRSA des souches bactériennes pathogènes résistants à tous les antibiotiques aujourd’hui disponibles. En conséquence, les maladies liées à ces souches ne sont pas soignable avec les traitements de la médecine scolaire.